Les aventures d'Estelle aux USA

20 février 2007

EXCLU!

Hé oui, je suis toujours vivante, j'ai pas sauté de ma chaise après le dernier message hé hé! De retour dans ma bonne ville de Brest, j'ai empoché ma licence d'anglais et me voici à Quimper, candidate au concours des maîtresses (je croise tous les doigts)    Là, j'ai remis le nez dans mes dossiers de photos des USA...Doux souvenirs qui m'appellent toujours plus fort au voyage! Départ prochain pour l'Espagne peut-être?

Voici donc en totale exclusivité sur la toile quelques cholies photos (rangées par ordre chronologique en plus, quelle organisation..!) que je n'avais pas publiées lors de mes trépidents récits de l'époque ^^ Vous avez bien raison de vous réjouir, c'est pas tous les jours!

Chicago___Vue_de_l_auberge

Vue de l'auberge à Chicago...la journée risque d'être fraîche!

Chicago_by_night

Vue de la Sears Tower, Chicago. Le ciel est plus original que la terre...

Edina___Voisin_Claire__Halifax_ave

L'hiver au Minnesota : CA CAILLE!!!

Chrysler_Tower__NYC

Vue de Chinatown, NYC sur la Chrystal Tower, magnifique trace de l'Art Nouveau.

Louisiane___sur_la_route__40_

Petite pause lors de notre road trip en Louisiane.

*Centuries telescoped into one evanescent moment* - Arundhati Roy



Posté par Bobine à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 décembre 2005

Joyeux Noël... And Keep Dreamin'

L'après-USA... c'est une bien vaste question! Comment ça se passe, dans notre tite tête ? Comment on réagit face à tout ce(ux) qu'on retrouve ? Est-ce que les States nous manquent? Dans cet article, je ne peux pas parler pour quelqu'un d'autre que moi, la post-aventure se vit très personnellement, et je pense que chacun réagit différemment. En gros, si t’es français et que tu reviens des USA, tu n'as pas forcément la même réaction que moi.

Pour ma part, donc, ce fut difficile dans le sens où je me suis sentie en décalage par rapport à ce(ux) que j’ai retrouvé ici-bas. L'envie de partager ce que j'ai vécu est encore présente mais se trouve face un mur, duquel de vagues fentes surgissent parfois... Mais ce n’est même pas le partage qui a été mon véritable souci. Ce fut plutôt le choc de re-rentrer dans le moule, de se satisfaire de ce qu’on a, d’avancer à petits pas.

"Alors l'américaine, c'était comment là-bas?" THE question que tout le monde te pose quand tu viens de revenir. Il faudrait que quelqu’un m’explique un jour si la personne qui pose cette question s’attend à un récit détaillé, à deux trois anecdotes crépitantes de préjugés, ou à un simple ‘bien, très bien’, comme j’avais choisi de le faire. Dans certains cas, cette question sonnait (et sonne toujours, surtout à la veille de Noël, date de retrouvailles familiales…) pour moi comme la première et la dernière occasion de parler de tout ça avec la personne qui pose la question. Comme si, une fois posée cette question, on n’avait plus besoin de se soucier outre mesure du sujet. Genre ‘ça, c’est fait…attraction suivante ?’

Les flashes. C'est hallucinant les flashes. T'es tranquilou en train de marcher dans la rue et là tu vois un caniche. POUF ça vient et ça y est, ça te rappelle le caniche de ta voisine de là-bas et puis comment tu jouais avec les enfants dans le jardin, et puis haaa c'que c'était bien quand le printemps est revenu en mai et que tu pouvais faire du vélo, cheveux au vent... Des souvenirs tout bêtes, mais tellement bons… et là t'as un sourire niais collé au visage, t'es de retour accroché à ton petit nuage...

Parce que oui, mine de rien, c'est un petit nuage, tous ces souvenirs. Un remède à l'oubli. J'aime m'y percher pour ne pas oublier ce qui a construit ce que je suis.
L'autre jour, je lisais Richard Brautigan (qu'on a étudié à la fac, même que c'est vachement bien) et il dit dans "The Gathering of a Californian" quelque chose qui m'a frappée. C'est pas dit exactement pour la même situation, mais je l'ai interprété pour mon histoire évidemment: it 'seems at times to have occured to another body somehow vaguely in my shape and recognition'. En gros, c'est la sensation que tout ce qui est raconté sur ce site est arrivé à un autre corps, comme si ça s'était passé dans une vie antérieure! Ca vous arrive jamais de rêver des fois la nuit, et le matin, oublier ce rêve, mais durant la journée, vous avez des flashes, des tout petits instants de souvenirs savonneux qui vous échappent des doigts quand vous les attrapez? C'est cette sensation que j'ai parfois, en exagérant un peu.

Le 'culture shock' dont on nous avait tant parlé aux USA (mi octobre, réunion de tous les TAs avec nos coordinatrices: "nous allons évoquer le choc des cultures, car il faut en parler", comme si c'était une maladie, une fatalité), hé bien je n'ai jamais été touchée par ce fléau...là bas. Mais par contre rha là là, qu'est ce que je m'en suis pris plein la gueule en revenant!
C'est assez dur d'expliquer les raisons. Là-bas, je n'ai rien ressenti sans doute parce que les Etats-Unis restent une société occidentale assez proche de la nôtre, et qu'il est facile de survivre dans la bonne humeur sachant que l’on n’est pas là pour toute sa vie. Tout petit/gros/énorme défaut de la société ou des gens ou autre prend alors beaucoup moins d'importance et est submergé par la masse de découvertes et de nouvelles expériences. On a les yeux comme des soucoupes planantes et on en redemande.
En revenant, des envies de tout changer m’ont prises, de vivre dans une caravane à refaire la tapisserie de ma chambre (ouais, jsuis passée par des trucs de fous). Je critiquais intérieurement tout ce qui existait, de quoi saoûler les plus rôdés.

De là des réflexions du genre « descends de ton nuage, tu es de retour chez toi ». Et voyez vous, me dire que ça y est, l’aventure est terminée, tout le monde descend !, on rentre dans le rang et on reprend son petit train-train là où on l’avait laissé il y a 10 mois, ça fout les boules. De quoi être bien blasé. Comme si j’étais à bord d’un avion en partance pour une vie rêvée, mais qui se serait cassé une aile après 10 minutes de vol. C’est ballot… C’est là que fermer une parenthèse prend du sens pour ceux qui vous voient changé et qui veulent retrouver la personne qu’ils ont quittée. Mais moi je ne veux pas fermer la parenthèse ! Je ne veux même pas que ce soit une parenthèse! Je veux que ça fasse partie intégrante de ma vie, comme si c’était normal en somme.
Ça a fait du bien les grandes vacances, dans ma caravane au fond du camping où je bossais. Rentrée en France, mais pas encore au bercail. Bon compromis pour se remettre de 10 mois d’absence. De quoi se recentrer un peu, voir pourquoi on est sur Terre, pour qui, pour faire quoi… Oui oui, vous pouvez le dire plus fort… Les grandes questions existentielles ! Mais quelque part, quand on a goûté à quelque chose qui nous a plu et que brutalement, on en est privé, et qu’on entend que c’est pas près de recommencer parce que le futur, c’est pas en s’amusant qu’on le construit, et qu’il faut des diplômes etc, et bien ça fait mal au cœur qui était tombé amoureux de cette vie…
Et ça crisse dans la tête, on veut se débarrasser de ces idées si matérielles, mais qui, hélas, sont fondées.

Mais c’est tellement bon de s’ouvrir à d’autres horizons, de prendre chaque facette qui nous plaît dans une culture pour que ce soit les facettes de son propre monde à soi. Pour que piocher à droite à gauche soit une façon de construire et d’équilibrer notre vie. Pour que piocher à droite à gauche soit une façon de vivre ses rêves. Pour que piocher à droite à gauche soit une façon de ne pas s’oublier dans une société préfabriquée où on doit se fondre dans la masse et y trouver son compte. On est tous tellement avide d’être heureux, de montrer un bonheur rayonnant, et on est tous tellement bloqués par des barrières qu’on s’impose. Moi la première, bien malheureusement. Et au final, qu’est ce qu’on a ? Une tentative de bonheur, qui tourne à la routine parce qu'au fond, avoir des attaches et une vie bien posée, c’est aussi s’exposer à la routine, fatalement. Il y en a qui diront qu’ils y trouvent leur compte. D’autres qui diront qu’ils en ont marre que leur vie manque de piment mais qui ne changeront rien. Et d’autres qui sauteront le pas. J’aimerais faire partie de la troisième catégorie.

Posté par Bobine à 10:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 septembre 2005

La majorité

Ouéééé!  j'ai 21 annnns!! yeeeeheee!

Personne ne pourra gâcher ma joie d'être majeure aux usa...PERSONNE :D

Posté par Bobine à 11:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 juin 2005

Retour à une autre réalité!

Bigre! rien n'est ouvert le Dimanche!!!!

c'est quoi ce bordel...

Posté par Bobine à 05:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

17 juin 2005

Back Home

Bon ben voilà...ce qui devait arriver arriva! Le retour en France, celui pour lequel les adorables personnes de notre programme nous préparent depuis février...!

Bon, c'est vrai, qu'une fois dans l'avion direction Paris-Charles-De-Gaulle, ça fout les jetons de n'être entouré que de Français-qui-parlent-que-français...de limite chuchoter pour se parler avec Julien...maintenant, on nous comprend!! Mais c'est vrai quoi, on a beau parler français tous les jours à Edina, que ce soit avec les autres stagiaires ou les élèves + profs, béééé, c'est pas la même chose que d'être entourés QUE de français. Bref, dans l'avion, Julien et moi avions (ho ho) un petit rire nerveux...

a_roport_retour__8_ a_roport_retour__3_

10h de vol et 2h de retard plus tard, nous voici à Paris, l'aéroport paraît vieux et sale comparé aux deux autres d'où je viens. J'attrape mes sacs avec mes gros bras musclés et je suis couverte de bisous par ma môman et mon pôpa (ouh là là je ne suis plus habituée aux bises moué!!) ;)

Dans le parking de l'aéroport, j'ai mon premier choc culturel: Michel Delpech chante "pour un flirt" sur Nostalgie, radio de parking. Gloups. Non, je ne rêve pas, je suis bien en France, chez moi.
Mes parents me donnent un "jambon-beurre" (ha que c'est boooon la baguette!) , ça me rassure tout de suite, j'avais failli me dire "qu'est-ce que je fous là!!!?" 

Deuxième choc culturel: "Oh! une Twingo!!!!"

Troisième choc culturel, à la maison: "Wow, qu'elle est petite la cuisine!!!!!" "Qu'il est petit le verre!" "Qu'elle est petite la table!" "qu'il est petit mon chien!"  hum... J'ai juste grandi on va dire lol

Fin bon, voilà, c'est la fin des grandes aventures de la petite Estelle dans un pays énorme.

But...I'll be baaaack!

Posté par Bobine à 02:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


11 juin 2005

Drivin movie

drivin__2_

Nous voici, Claire, Alice et moi-même à un "drivin' movie"!  Nous arrivons, tranquillou vers 20h00 pour avoir une bonne place dans le parking. La séance débute à la tombée de la nuit, quand il fait bien sombre. Ce soir, c'est Mr & Mrs Smith qui occupent l'écran géant.

drivin__5_

Dans le parking, c'est le vrai squatt. Yen a qui sortent le barbeuk, d'autres qui se font un tit baseball, d'autres qui installent leur banquette de voiture dehors, ...

drivin__4_

Voici notre voisin de gauche... Et aussi le haut parleur qui nous envoie le son du film. On peut trouver le film sur une fréquence radio, qu'est-ce que c'est modeeeerne! Le son dolby surround dans la cambrousse ^^

drivin__11_

Posté par Bobine à 22:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juin 2005

Graduation Ceremony

Edina High School Graduation Ceremony

graduation__3_

pict00222

graduation__5_

graduation__8_

graduation__11_

Claire the third!

Posté par Bobine à 05:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 juin 2005

News

Je viens de déposer de nouvelles photos de cet hiver avec la neige et tout et tout! Cliquez là>> http://estelleusa.canalblog.com/archives/2005/02/08/560331.html

Et un autre message avec des rappeurs de la mort qui tuent!

CLIC >>  http://estelleusa.canalblog.com/archives/2005/03/10/565471.html

et tout apparaîtra comme par enchantement :)) oooooooh

Posté par Bobine à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2005

Le départ approche...

Quelques 10 jours et ça y est, c'est le retour en France. Le retour à la vie normale, au responsabilités normales, aux "problèmes" normaux. (mais qu'est-ce que la norme???!)
Au revoir les USA, les grands voyages organisés un peu à l'arrache, les mots anglais perdus en plein milieu d'une phrase en français, les pancakes le dimanche matin, les enfants et leurs fautes de français (je les aime bien malgré tout), les préparations de dictées à la bourre le lundi matin, les petits américains chantant parfaitement des comptines françaises, les crêpes chez ma famille d'accueil, le chemin vers l'école en vélo, les courses après le bus, le fait d'entendre de l'américain tout autour de moi et de me dire "je comprennnnds!!!!", TBS les mardis et mercredis soir, les films en V.O. à foison, les nouveaux albums ou films us avant tout le monde... haaaa (soupir)

Mais c'est pas grave!!! Je vais retrouver la baguette et le camembert, le cassoulet et la raclette, les galettes bretonnes et les bons cornichons (c'est traumatisant un cornichon US), les escalopes à la crème et aux champignons et les yaourts pleins de matière grasse..........(et ma famille et mes amis accessoirement hihi) c'est déjà pas mal lol ;)

Posté par Bobine à 20:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

30 mai 2005

Edina à la saison des pluies

pict00032

Posté par Bobine à 20:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]